Le F-35 au milieu d’une future guerre des métaux rares entre les États-Unis et la Chine ?

photo f-35 de l'US Air Force
Photo © Sergent Staci Miller (2014)

La découverte d'un alliage fabriqué en Chine dans le F-35 suscite des inquiétudes à Washington. Pour l'instant, Lockheed Martin continue l'assemblage de l'avion de combat en attendant une dérogation du Département de la Défense des États-Unis permettant la reprise des livraisons.

Le 7 septembre 2022, le Pentagone annonce qu'il suspend temporairement les livraisons de F-35 après avoir découvert qu'un aimant - une partie d'un composant clé fabriqué par Honeywell dans le moteur - est fabriqué avec un alliage rare de cobalt et de samarium provenant de Chine.

Or, la loi US et les règlements du Pentagone l'interdisent. Et ce n'est pas la première fois qu'une pièce chinoise interdite est découverte dans le F-35. Le Pentagone a dû renoncer à plusieurs reprises à certaines règles pour maintenir le programme sur les rails en 2012 et 2013.

En 2014, des matériaux chinois ont également été découverts dans d'autres avions américains, notamment le bombardier B-1B de Boeing et certains chasseurs F-16 de Lockheed Martin.

Récemment, le général Charles Q. Brown Jr, chef d'état-major de l'US Air Force, a exprimé des inquiétudes quant à l'intégrité de la chaîne d'approvisionnement militaire, tout en notant que cette pièce ne constituait "pas vraiment une menace" pour la sécurité.

"Nous, en tant que nation - et tous nos alliés et partenaires - examinons les chaînes d'approvisionnement" a-t-il déclaré la semaine dernière. Ajoutant que la question était de savoir où la nation se procurerait ses pièces en cas de conflit ou de crise.

Selon un expert chinois, retraité de l'armée de l'air de l'Armée populaire de libération (APL), il est difficile pour les USA de fabriquer des armes tels que le F-35 en s'appuyant uniquement sur des pièces made in USA. "Ça serait long et coûteux pour eux s'ils devaient trouver une pièce de rechange".

Améliorer la sécurité de la supply chain

Si une crise majeure [avec Taïwan par exemple] devait arriver, la Chine pourrait "étrangler" les États-Unis en imposant des restrictions à l'exportation de ces matériaux vers les USA. La guerre des métaux rares !

Selon un rapport publié en mars par le Congrès américain, les USA, ont mis l'accent ces dernières années sur la sécurité des chaînes d'approvisionnement de leurs systèmes militaires en réduisant leur dépendance vis-à-vis de la Chine et de la Russie.

L'armée américaine a pris des mesures pour réduire sa dépendance à l'égard de métaux rares provenant de Chine, ainsi que des composants électroniques fabriqués en Chine, des logiciels susceptibles de contenir des éléments chinois ou russes, et des achats de drones et de caméras de surveillance fabriqués en Chine.

En 2019 déjà, l'ancien secrétaire de l'US Navy, Richard Spencer avait mis en garde contre une chaîne d'approvisionnement américaine "fragile", soulignant que le pays risquait de dépendre de la Chine et de la Russie pour les pièces de navires de guerre.

Les États-Unis se sont appuyés sur les métaux rares de la Chine en raison de leurs faibles coûts, et trouver des substituts rendrait la fabrication d'armes plus coûteuse.

Affaire(s) à suivre...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *